Nature aime à se cacher
création  2013

créé au Festival d'Avignon dans le cadre des Sujets à vif

durée : 30'

Nature aime à se cacher, adaptation d'un texte de Jean-Christophe Bailly, essai mi-philosophique mi-poétique sur l'animalité.Jacques Bonnaffé et Jonas Chéreau partagent sur scène la question du caché et du montré, qui relève autant de l'art de l'acteur que de celui de l'animal. Ce qui compte ici n'est pas la quête de la similitude mais au contraire l'ouverture au « tout autre » : Comment cesser de se l'approprier, de le coloniser. En faisant le singe qui singe, peut-être. Le burlesque est toujours là en embuscade, pour mieux toucher à l’épaisseur du réel et dégager le ciel.

 

« Le visible est l’ensemble de tous les récitatifs qui fabriquent l’apparence. Ce sont des réseaux, des enchevêtrements, des systèmes de marelles infinis, des puissances d’écho, de ricochets. À l’intérieur de ces systèmes qui tous ensemble forment une gigantesque et indéfaisable pelote, il y a quantité de trous, de cachettes, de fils non tirés. Chaque animal habite le réseau des apparences à sa façon, c’est à dire qu’il s’y cache. Le visible recèle le caché. Vivre en effet, c’est pour chaque animal traverser le visible en s’y cachant». (extrait)

 

Propos dansé par Jacques Bonnaffé & Jonas Chéreau

sur Le visible est le caché de Jean-Christophe Bailly

 

Production déléguée Maison de la Culture d'Amiens

Coproduction Compagnie faisan

Réalisation Théâtre de la Bastille. coproduction Sujets à vif SACD / Festival d'Avignon. Ce spectacle a été répété au Théâtre de la Bastille et a bénéficié de son soutien technique.